HYPNOSE-AIX-en-PROVENCE Catherine Mesplède
HYPNOSE-AIX-en-PROVENCE Catherine Mesplède

Arrêt du tabac

Écrit par iannucci

Mardi, 30 Novembre 2010 15:10

     

Le travail sur l'arrêt du tabac vise à :

  • Vous couper de la dépendance
  • Désactiver les habitudes
  • Diminuer la sensation de manque pour la rendre aussi imperceptible que possible.
  • Transformer les comportements liés au tabac pour les adapter à de nouvelles habitudes et rendre ainsi naturel le changement.
  • Gérer les émotions qui étaient liées au tabac
  • Eviter tout risque de compensation

L’hypnose, par son action sur l’inconscient permet un travail en profondeur, dont le but est non seulement de désactiver les anciens comportements, mais surtout de créer un changement qui vous donne la sensation qu’arrêter de fumer est facile.

La sensation de manque :

L’hypnose est connue pour pouvoir diminuer ou amplifier une sensation. Ainsi, elle est de plus en plus utilisée en milieu hospitalier pour l’anesthésie lors d’opération chirurgicale. Le procédé qui permet de diminuer une sensation comme le manque est similaire : nous agissons sur le lien corps – mental pour couper le ressenti pendant la phase de sevrage.

Gestion du stress :

C’est une des peurs principale face à l’arrêt du tabac, beaucoup de personnes ont peur d’être stressées, énervées et irritables. Ce stress a des origines physiques (que nous diminuons en anesthésiant la sensation de manque) mais surtout psychologiques : notre inconscient lutte contre les routines qui disparaissent. En agissant sur les apprentissages, l’hypnose aide votre inconscient à créer de nouveau processus et de nouveaux comportements, ce qui diminue considérablement le manque psychologique.
Compensation : c’est l’autre peur la plus commune : celle de prendre du poids, d’avoir besoin de compenser le manque… L’hypnose évite cet écueil : le travail que nous proposons agit sur l’origine de la compulsion, c'est-à-dire, comme lors d’un travail thérapeutique, qu’il s’agit non pas de reprogrammer le corps, mais de l’aider à dépasser le stade de la compulsion. Quand ce travail est bien fait, il n’y a aucun désir de compensation, ni à un niveau inconscient, ni à un niveau conscient.

À la fin de cet accompagnement, notre idéal est que l’idée même de fumer vous semble étrangère : vous vous sentirez détaché de la cigarette, et tous ces comportements appartiendront au passé.

Article : L’hypnose au centre hospitalier d’Aix-en-Provence

La provence

De nombreuses revues abordent les orientations de l’hôpital d’Aix en Provence pour la prise en charge de la douleur et leur volonté de développer davantage la formation des professionnels de l’hôpital aux techniques hypnotiques. Grâce à un programme de formation co-financé par la fondation Apicil l’objectif est de permettre à chaque service d’avoir au moins un binôme médecin-infirmier référent en hypnose. L’Institut Français d’Hypnose participe à cet objectif en formant en interne le personnel hospitalier de l’hôpital.

Pour Joël Bouffiès, directeur de l’établissement, la prise en compte de la douleur est devenue une problématique prioritaire pour laquelle les méthodes complémentaires trouvent toute leur place.

Les bénéfices de cette technique sont multiples. Elle est utilisée notamment dans la prise en charge de la douleur aiguë et chronique, lors des soins ainsi qu’en chirurgie où elle permet de diminuer la quantité d’anesthésiant nécessaire et de faciliter la rapidité de récupération du patient, comme l’explique Delphine Baudouin, neurologue responsable du service Douleur de l’hôpital d’Aix-en-Provence.